Lettre Ouverte violence en Guadeloupe ​ ​
Avec nous, c'est vous qui faites l'actu !
​ ​ ​

Violences en guadeloupe : lettre ouverte


Dans une Guadeloupe gangrénée par la désagrégation de la cellule familiale, les faits de délinquance et la violence désormais ordinaire, nous tirons la sonnette d’alarme.

 Nous déplorons ainsi la dizaine d’homicides qui a déjà éprouvé les familles depuis le début de l’année. Nous condamnons également les agressions répétées de touristes tout autant que les fusillades en marge du carnaval.

Ces violences sont inacceptables et de nature  à empêcher l’essor économique d’une Guadeloupe qui se bat par ailleurs. Nous sommes inquiets  de voir que les réponses apportées par les pouvoirs publics malgré leur bonne volonté demeurent désespérément sous dimensionnées

Est-il normal que pour enregistrer une plainte après 18 heures ou le weekend on trouve porte close au commissariat ?

 Est-il normal que les brigades policières soient en nombre insuffisants et qu’elles soient absentes du terrain malgré les demandes formulées pour sécuriser les croisiéristes, la population et les nombreux évènements organisés sur notre territoire (carnaval, Karujet, Coupe Davis, divers festivals).

Nous demandons donc solennellement au Premier Ministre d’octroyer en urgence 70 postes permanents supplémentaires aux forces de sécurité afin que la Guadeloupe soit enfin sécurisée

Jacques BANGOU, Maire de Pointe-à-Pitre-Vice-Président de Cap Excellence                                    

Christian BAPTISTE, Maire de Sainte-Anne